Syngué sabour, de Atiq Rahimi

51bouak5l5l-_sx302_bo1204203200_

J’ai eu beaucoup de peine à lire ce livre à cause de son style d’écriture déconcertant. Ce fut une lecture calvaire. L’ensemble est à l’image d’une pierre : pesant, lapidaire et écrasant.

Pourtant, c’est aussi un roman fort, porté par un personnage principal féminin tour à tour touchant et déroutant. Le personnage du mari n’est pas en reste : bien qu’il soit inerte, sa présence n’en est pas moins écrasante pour son épouse et le lecteur.

La violence et la mort hantent la vie de cette femme, depuis les rues de sa ville jusqu’à l’intérieur de son foyer.

Ce récit nous donne à voir ce que nous ne sommes pas censé voir. C’est l’homme que l’on place derrière le voile et la femme qui se libère peu à peu des carcans culturels et sociaux. Qu’elle vienne par la parole, la prière ou la mort, la délivrance la saisit.

Bien que l’intention de l’auteur soit claire, pour moi, le but n’a pas été complètement atteint à cause du style d’écriture et des répétitions.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s